140 ans déjà !
Entete bulletin 12 de l'amnépe

Éditorial du bulletin n°12 de l’amnépe

En 1879, trois mois après leur victoire sur les Royalistes et les Bonapartistes, les Républicains créent le Musée pédagogique. Fondé à Paris par Jules Ferry, c’est un élément de la politique qui se met alors en place en faveur de l’instruction publique. Rendre à l’instruction primaire les mêmes services que rend à l’enseignement technique le Conservatoire des arts et métiers. Autrement dit, offrir aux professionnels de l’enseignement une image concrète de la rénovation pédagogique en cours. On ressent le même enthousiasme chez les fondateurs que celui qu’avait soulevé Victor Hugo dans son discours à l’Assemblée nationale le 15 janvier 1850 sur la loi Falloux, plaidant pour « un vaste réseau d’ateliers intellectuels, de lycées, gymnases, collèges, écoles, chaires, bibliothèques … mêlant leur rayonnement sur la surface du pays, éveillant partout les aptitudes, et échauffant partout les vocations ; en un mot l’échelle de la connaissance dressée fermement par la main de l’État. »

Dès 1881, ce musée comprend quatre sections à l’usage des écoles et des cours d’adultes :

  1. Matériel scolaire (plans de maisons d’école, types de mobiliers de classe) ;
  2. Appareils d’enseignement (tableaux, modèles, collections géographiques, scientifiques et technologiques) ;
  3. Bibliothèque centrale (livres pour les maîtres, livres pour les élèves, bibliothèques scolaires, bibliothèques populaires) ;
  4. Documents relatifs à l’histoire de l’éducation.

Il fut aussi immédiatement lieu d’animation, de rencontre des maîtres du primaire, de conférences pédagogiques, toujours dans la perspective de transmission du savoir, et dans la confiance du progrès appuyé sur le développement de l’éducation pour tous. Ce mouvement traversait tous les pays européens, mais le Musée pédagogique est l’un des rares qui subsiste aujourd’hui.

Un anniversaire : l’occasion d’un regard rétrospectif sur 140 ans de cette mémoire patiemment rassemblée et mise en lumière, malgré des difficultés immobilières et financières ; la célébration de cette volonté de transmission à un large public, traduite notamment par les multiples expositions que les différents responsables du Musée national de l’Éducation (Munaé) ont su organiser, affichant un dynamisme enfin retrouvé. L’année 2019 puis 2020 vous le rappellera.

Un Musée présente des objets, et le simple fait d’organiser leur conservation, leur choix, leur rapprochement, organise une vision, une « représentation », sans aller jusqu’à la « métamorphose » dont parle André Malraux dans son Musée Imaginaire. Il modifie notre regard, notre perception. En fait ce qui forme notre attachement à ce Musée, c’est la représentation de l’école qu’il nous apporte : bien sûr un renvoi à notre enfance, mais surtout une vision de l’éducation à travers son histoire. Un mouvement de retour vers le passé, mais surtout une affirmation du vivant qui regarde le passé pour mieux comprendre là où s’enracine notre présent et se prépare notre avenir.

La valorisation scientifique, patrimoniale et documentaire, des fonds liés à l’éducation scolaire et familiale, doit accompagner l’ouverture vers les nouvelles formes de transmission des savoirs, que l’école au fil des années a toujours eu le souci d’intégrer. « La France de demain… devra rechercher l’équilibre nécessaire entre la générosité de sa tradition culturelle et les nécessités vitales du monde moderne » écrivait Jean Zay en juin 1943, plaidant pour un développement équilibré des musées.

Ces tâches impliquent que le Munaé favorise des recherches pour proposer des axes de travail, conduise des études avec ses homologues francophones et européens. Il doit aussi apporter son soutien à des initiatives en liaison avec les collectivités territoriales, permettant aux musées de l’école et du patrimoine éducatif dont l’essaimage sur le territoire est encourageant, de devenir des foyers d’animation pour tous. La création du Musée d’histoire de l’éducation à Gonesse, présentée en novembre 2019 lors d’une journée d’étude, le symbolise.

Alors très bon anniversaire au Musée national de l’Éducation, cet acteur majeur pour la mise en lumière de notre patrimoine éducatif avec une démarche scientifique au service d’une éducation réellement égalitaire.

Annette Bon,

Membre du Conseil d’administration des Amis du Musée national de l’Éducation des musées de l’école et du patrimoine éducatif