You are currently viewing La récitation au Certificat d’études primaires
Le Corbeau et le renard. Carte postale - Collection Munaé - Numéro d'inventaire : 1988.00420.2 Auteur(s) : Starling Editeur : Barré (M.) & Dayez (J.), Paris Date : 1947

Le certificat d’études primaires élémentaires

Le règlement de l’examen du Certificat d’études primaires est instauré par le décret du 27 juillet 1882.

Pour en savoir plus : Le certificat d’études primaires élémentaires dans le dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson (1911).

Vers une lecture expressive de la récitation

Le rapport ci-dessous est celui d’un inspecteur de l’enseignement primaire du département de l’Aisne qui interroge les candidats à l’épreuve orale de récitation du CEP. Il est publié d’abord dans le Moniteur scolaire du département de l’Aisne 1 mais également en 1893 dans la revue Pédagogie pratique, recueil de notes d’inspections et de variétés pédagogiques extraites du Moniteur scolaire du département de l’Aisne par E. Robert, Éditions CRÉTÉ, Corbeil 1893, 173 pages.

Du 15 juin 1892,

La récitation à l’examen du certificat d’études. — Depuis que l’épreuve de récitation est devenue obligatoire à l’examen du certificat d’études primaires, je me suis fait un devoir d’interroger moi-même, chaque année, tous les candidats. Je crois bon de noter ici quelques-unes de mes impressions à ce sujet.

Il faut l’avouer courageusement : la récitation est, en général, mauvaise. Les élèves savent, mais ne comprennent guère, et (à part de très honorables exceptions) la diction est terne, sans intelligence ni saveur. Si encore on n’y trouvait que les défauts naturels à l’enfance, il n’y aurait pas trop lieu de s’en étonner ; mais ce débit apprêté, incolore et solennel dans sa désolante monotonie — est évidemment acquis, et c’est là le malheur. On doit donc réagir énergiquement contre cette tendance à l’uniformisation ; essayer d’abord de conserver à l’enfant sa petite personnalité, ses qualités prime-sautières ; puis l’amener à faire siennes en quelque sorte les idées qu’il exprime et à les rendre comme il les sent, tout simplement ; enfin, provoquer l’accent naturel et vrai, et faire en sorte que nos écoliers ne craignent pas le ridicule en donnant à ce qu’ils récitent le ton et l’allure convenables.

Pour obtenir ces résultats, il est nécessaire de commencer de bonne heure avec les tout petits (qui s’accommodent très bien de temps en temps de la récitation simultanée) ; de choisir, bien entendu, des morceaux appropriés au développement intellectuel de chaque cours ; et d’expliquer toujours avec grand soin les textes — peu étendus et en nombre modéré — qui seront appris par cœur. Il serait très utile aussi de donner aux élèves, en même temps que des conseils et des exemples irréprochables, des guides sûrs pour la bonne diction. Je m’explique. Lorsque vous demandez à un enfant de réciter des vers, vous ne manquez jamais d’entendre ceci, par exemple :

  • « Le chêne un jour dit au roseau…
  • « Un jour sur ses longs pieds allait je ne sais où…
  • « Perrette sur sa tête ayant un pot au lait… (0 césure voilà bien de tes coups!)

Il est évident que ces arrêts intempestifs ne se produiraient pas si chaque élève, en copiant le morceau sur un cahier spécial, était obligé d’indiquer par un trait conventionnel l’endroit où le vers doit être coupé :

  • «Le chêne | un jour dit au roseau.…
  • « Un jour | sur sès longs pieds allait
  • « Perrette | sur sa tête ayant un pot au lait…

Autre observation. Dans toute phrase, il y a toujours un ou plusieurs mots importants, dits « mots de valeur », qu’il convient de mettre en relief par une émission de voix plus accentuée. Un trait horizontal suffirait, comme il est indiqué plus haut, pour guider l’élève et obliger ainsi à une récitation intelligente et compréhensible.

Essayez avec zèle et conviction et vous serez surpris de la rapidité des progrès.

Un exemple : Le Corbeau et le Renard

Maître2 Corbeau, sur un arbre perché 3,

Tenait en son bec un fromage4.

Maître renard, par l’odeur alléché5,

Lui tint à peu près ce langage :

« Hé! bonjour, monsieur du Corbeau 6”.

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !

Sans mentir 7, si votre ramage 8

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le phénix 9 des hôtes 10de ces bois, »

À ces mots | le corbeau ne se sent 11 pas de joie ;

Et, pour montrer 12sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie 13.

Le renard s’en saisit 14, et dit : « Mon bon monsieur.

Apprenez que tout flatteur 15

Vit aux dépens 16de celui qui l’écoute :

Cette leçon vaut bien un fromage sans doute, »

Le corbeau, honteux et confus 17,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus18.

Le corbeau
Le corbeau (taille : petite poule)

La FONTAINE, 1621-1695

En 1895, un journal pédagogique ouvrit au concours la création d’un recueil de récitations.

L’ouvrage présenté ci-dessous reçut le 1er prix

« 218 concurrents répondent à cet appel et ce fut notre manuscrit qui obtient le premier prix. Ce succès, indique, Julien Boitel [directeur de l’École Jean-Baptiste-Say à Paris] nous a encouragé à offrir à nos collègues de l’enseignement primaire et de l’enseignement secondaire, certain que nous sommes qu’il leur rendra service. »

En effet, en 1897, deux manuels ont été publiés par la librairie Armand Colin Paris. Les morceaux choisis classés par ordre de difficultés et annotés, ont fait l’objet de nombreuses rééditions dont

  • La lecture et la récitation appliquées à l’Éducation, garçons et filles, de 6 à 9 ans
  • La lecture et la récitation appliquées à l’Éducation, garçons et filles, de 9 à 12 ans
Couverture du livre La lecture et la récitation appliquées à l’Éducation, de 6 à 9 ans (Librairie Armand Colin)

À consulter aussi : Fables d’hier et d’aujourd’hui – Monteux 2021

  1. Moniteur scolaire du département de l’Aisne, publication destinée à tout le personnel de l’enseignement primaire de ce département.
  2. Maître, titre qu’on donne ordinairement aux avocats, aux avoués et aux notaires, est ici appliqué d’une façon plaisante au corbeau, considéré comme passé maître en
    ruse et en habileté.
  3. Perché, posé sur une branche comme sur une perche. Remarques l’inversion pour perché sur un arbre.
  4. Fromage, substance alimentaire préparée avec la crème et qui prend la forme de l’objet dans lequel on l’a placé.
  5. Alléché, attiré par l’odeur
  6. Monsieur du Corbeau, remarquez avec quel excès de politesse le renard flatteur aborde le corbeau.
  7. Sans mentir, en vérité, assurément.
  8. Ramage, voix, chant des oiseaux.
  9. Phénix, oiseau rare, extraordinairement beau, unique en son genre. Le phénix, d’après la légende, vivait plusieurs Siècles et renaissait de ses cendres dès qu’on l’avait brûlé.
  10. Hôtes, habitants.
  11. Ne se sent, ne peut plus contenir sa joie.
  12. Montrer, faire entendre.
  13. Proie, toute chose dont on s’est emparé avec violence. Le corbeau avait déjà, d’après Phèdre, fabuliste latin, volé ce fromage sur une fenêtre.
  14. S’en saisit, s’en empare vivement.
  15. Flatteur, celui qui loue avec exagération une personne, qui lui adresse des louanges vraies ou fausses.
  16. Aux dépens, aux frais de.
  17. Confus, embarrassé par suite de sa sottise.
  18. On ne l’y prendrait plus, on ne le prendrait plus à un piège aussi grossier, qu’aucun flatteur ne serait plus écouté par lui. Sans doute, il nous est permis de trouver la dupe plaisante, mais nous devons aussi blâmer énergiquement le dupeur.